La Fête nationale du 14 juillet célébrée à N’djamena sous le signe de « Ensemble, reconnaissons-nous dans notre Toumaïnité »

Ecrit par admin

juillet 15, 2023

Depuis l’été 1789, dans toutes les provinces françaises se sont créées des « fédérations » régionales de gardes nationaux. Une réaction à l’affaiblissement du pouvoir central. Face à ce mouvement spontané, la Commune de Paris, sous l’impulsion de Lafayette, adopte le principe d’une grande Fédération nationale regroupant des représentants des fédérations locales qui doivent se réunir symboliquement à Paris le 14 juillet 1790.

L’ambassade de France a célébré ce vendredi 14 juillet 2023, la Fête nationale, à la résidence de l’ambassadeur de France au Tchad Bertrand Cochery.

Cette année 2023, après quatre (4) années de fonction à la tête de l’ambassade de France au Tchad, Mr Bertrand Cochery a profité de ces doubles évènements pour présenter ses « adieux ». C’était ce matin en présence de ministre de la communication, porte-parole du gouvernement représentant du Gouvernement, Mr Aziz Mahamat Saleh, des quelques membres du gouvernant, de l’anciens président Goukouni Weddei, de Majesté sultan de la ville de N’Djamena, les diplomates accrédités au Tchad ,des représentants des organisations internationales et nationales, le Professeur Michel Brunet, des officiers supérieurs et bien d’autres invités.

Puis dans la soirée, l’ambassadeur de France au Tchad Bertrand Cochery a offre un buffet, qui est procédé d’une décoration.

Comme veut la tradition, les hymnes nationaux de deux pays (France-Tchad), ont resonné pendant les deux cérémonies.

Dans son discours, l’ambassadeur de France au Tchad Bertrand Cochery a commencé en terme « En ce 14 juillet 2023, c’est en fidélité à notre devise « Liberté, Egalité, Fraternité » que la République française, par ma voix, adresse son salut amical et fraternel au peuple tchadien et au Président de Transition Mahamat Idriss Déby Itno, Président de la République, Chef de l’Etat. »

 L’ambassadeur de France au Tchad Bertrand Cochery, En ce jour de célébration pour lui, l’esprit de fraternité, c’est d’abord avoir une penser à la guerre qui fait rage au Soudan voisin, et à l’immense effort de solidarité qui pèse sur le peuple tchadien sur ce conflit.

L’ambassadeur de France au Tchad Bertrand Cochery rappelle que «   Le conflit qui a éclaté le 15 avril dernier entre les forces du Général Al Burhan et celles du Général Hemiti, outre les souffrances et destructions sans nombre qu’il inflige aux populations soudanaises, pour certaines si proches des populations tchadiennes, représente une menace vertigineuse pour la paix et les équilibres de toute la région, à commencer pour le Tchad qui garde en mémoire les affres de la guerre du Darfour ».

Selon lui, « L’impact de ce conflit se fait déjà durement sentir pour ce pays qui, depuis trois mois, a accueilli plus de 200 000 réfugiés sur son territoire, dans des conditions extrêmes, fuyant l’horreur des combats. Mesurons l’effort que représente l’accueil de ces réfugiés pour un pays qui, avec une générosité et une solidarité exemplaire, accueille déjà sur son territoire plus d’un million de réfugiés et de déplacés des guerres précédentes et de l’action des groupes terroristes sur le Lac Tchad ».

Pendant son discours, L’ambassadeur de France a rappelé que « Dans son discours de l’Aïd El Kebir, le Président Mahamat Déby a eu des mots justes et forts pour soutenir l’effort du peuple tchadien et pour appeler la communauté internationale à un sursaut de mobilisation ».

L’ambassadeur de France a salué l’engagement sans relâche des agences des Nations Unies, et en particulier du HCR, et des organisations non gouvernementales, le long de la frontière du Soudan.

Puis il a rappelé les premiers efforts de soutien engagés par la France à hauteur de 41 M€ dont 20 M€ pour le Tchad, de même que l’appui apporté par les Forces Françaises au Sahel au HCR, répondant à la demande des autorités tchadiennes, pour aider à placer des milliers de réfugiés en zone sûre, hors de portée des combats frontaliers.

Dans le cadre des initiatives diplomatiques en cours, le Tchad, qui depuis l’éclatement du conflit a eu la sagesse de garder une position équidistante face aux deux belligérants, et qui a démontré sa capacité à leur parler, a vocation à être un acteur à part entière dans le processus de médiation. A-t-il déclaré

Par rapport à Cette guerre aux portes du Tchad, il exhorte à la digue tchadienne de se tenir, et qu’ils sont là à côtés du Tchad, avec l’ensemble de ses partenaires.

En rappelant l’ensemble des actions entreprises au cours de cette année particulièrement dense, l’ambassadeur de France voudrais assurer ses amis tchadiens que la France est non seulement davantage présente à leurs côtés mais qu’elle renouvelle les formes de son action pour mieux accompagner le Tchad vers son avenir. Tel est son message alors qu’approche l’heure de son départ.

D’après l’ambassadeur de France, « Tourner la page de la violence, ce sera la victoire de la transition. Puisse le chemin de la transition se poursuivre de la manière la plus ouverte possible, dans un esprit de dialogue, et selon le calendrier prévu, jusqu’à une élection présidentielle libre, transparente et inclusive, qui en marquera la dernière étape ».

La France, pour sa part, a redit sa disposition à soutenir une Transition en actes, non dans le but de reconduire un système à l’identique, mais pour favoriser les réformes et l’émergence d’un Tchad différent. Celui d’une génération et d’une jeunesse qui, ici comme sur tout le continent africain, demande à avoir voix au chapitre, et ne demande qu’à placer son énergie et ses compétences au service de la construction du Tchad de demain. Cette aspiration, c’est ici et maintenant qu’elle se manifeste. C’est ici et maintenant qu’il faut l’écouter et lui tendre la main. Affirme -t-il 

Sous un signe de solidarité et surtout de la fraternité et d’amitié Franco-tchadien, l’ambassadeur de France qui disait souvent en ce terme « un Tchad peut en cacher un autre » que la journée a été dominé par la présence de grand ancêtre des tchadiens fraternité dont l’origine remonte à quelque 7 millions d’années. Toumaï en Goran, découvert à Djourab dans le nord du Tchad, le Professeur Michel Brunet a apporté un témoignage sur sa découverte lors d’un discours ce jour de 14 juillet 2023 à la résidence de l’ambassadeur.

La Commémoration du 14 juillet à la résidence de l’ambassadeur de France à N’Djamena, a été célébré aussi dans la soirée en présence d’officiels, des anciens combattants qui ont combattu pour la France et elle est marqué par une décoration.

Des insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur ont été remis à Madame Florence Sylvestre par l’ambassadeur de France au Tchad Bertrand Cochery en Hommage aux femmes qui, aux côtés de son épouse, ont été des porteuse d’espoir de vie pendant ces quatre années et qui ont guidé ou accompagné nos pas dans ce voyage de découverte Rendre un tel hommage aux femmes n’est que justice en ce jour où la France rend hommage à la figure républicaine et laminine de Marianne, tout comme le Tchad a fait de Kélo Bital Diguel le sceau de sa République. A clos son propos.

C’est avec de la musique et des danses par des groupes d’orchestres que la cérémonie a pris fin.

M .K

Vous pouvez aussi aimer …

𝐇𝐀𝐌𝐀 𝐃𝐔 𝐓𝐂𝐇𝐀𝐃 𝐩𝐚𝐫𝐭𝐢𝐜𝐢𝐩𝐞 𝐚𝐜𝐭𝐢𝐯𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 à 𝐥𝐚 𝐂𝐨𝐧𝐟é𝐫𝐞𝐧𝐜𝐞 𝐢𝐧𝐭𝐞𝐫𝐧𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧𝐚𝐥𝐞 « L𝐚 𝐠𝐨𝐮𝐯𝐞𝐫𝐧𝐚𝐧𝐜𝐞 𝐝𝐞𝐬 𝐩𝐥𝐚𝐭𝐞𝐟𝐨𝐫𝐦𝐞𝐬 𝐧𝐮𝐦é𝐫𝐢𝐪𝐮𝐞 : é𝐥𝐚𝐛𝐨𝐫𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐝’𝐮𝐧 𝐟𝐨𝐫𝐮𝐦 𝐦𝐨𝐧𝐝𝐢𝐚𝐥 𝐝𝐞 𝐫é𝐬𝐞𝐚𝐮𝐱 » à 𝐃𝐮𝐛𝐫𝐨𝐯𝐧𝐢𝐤, 𝐞𝐧 𝐂𝐫𝐨𝐚𝐭𝐢𝐞.

𝐇𝐀𝐌𝐀 𝐃𝐔 𝐓𝐂𝐇𝐀𝐃 𝐩𝐚𝐫𝐭𝐢𝐜𝐢𝐩𝐞 𝐚𝐜𝐭𝐢𝐯𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 à 𝐥𝐚 𝐂𝐨𝐧𝐟é𝐫𝐞𝐧𝐜𝐞 𝐢𝐧𝐭𝐞𝐫𝐧𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧𝐚𝐥𝐞 « L𝐚 𝐠𝐨𝐮𝐯𝐞𝐫𝐧𝐚𝐧𝐜𝐞 𝐝𝐞𝐬 𝐩𝐥𝐚𝐭𝐞𝐟𝐨𝐫𝐦𝐞𝐬 𝐧𝐮𝐦é𝐫𝐢𝐪𝐮𝐞 : é𝐥𝐚𝐛𝐨𝐫𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐝’𝐮𝐧 𝐟𝐨𝐫𝐮𝐦 𝐦𝐨𝐧𝐝𝐢𝐚𝐥 𝐝𝐞 𝐫é𝐬𝐞𝐚𝐮𝐱 » à 𝐃𝐮𝐛𝐫𝐨𝐯𝐧𝐢𝐤, 𝐞𝐧 𝐂𝐫𝐨𝐚𝐭𝐢𝐞.

𝐌𝐨𝐧𝐬𝐢𝐞𝐮𝐫 𝐀𝐁𝐃𝐄𝐑𝐀𝐌𝐀𝐍𝐄 𝐁𝐀𝐑𝐊𝐀 𝐀𝐁𝐃𝐎𝐔𝐋𝐀𝐘𝐄 𝐃𝐎𝐍𝐈𝐍𝐆𝐀𝐑, 𝐥𝐞 𝐏𝐫𝐞𝐬𝐢𝐝𝐞𝐧𝐭 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐇𝐀𝐌𝐀 (𝐇𝐚𝐮𝐭𝐞 𝐀𝐮𝐭𝐨𝐫𝐢𝐭é 𝐝𝐞 𝐌é𝐝𝐢𝐚𝐬 𝐞𝐭 𝐀𝐮𝐝𝐢𝐨𝐯𝐢𝐬𝐮𝐞𝐥𝐬 𝐝𝐮...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *